Actualités

Permalink to Élections européennes : tirer les leçons de la défaite pour repartir de l’avant

Élections européennes : tirer les leçons de la défaite pour repartir de l’avant

Au Parti socialiste

Le dimanche 25 mai avaient lieu les élections européennes. Pour la première fois de l’histoire de la Vème République, le Front National arrive en tête avec 25% des voix et va constituer un tiers de la délégation française au parlement européen. L’abstention quant à elle reste très élevée.

Face à ces résultats, l’Europe doit changer !

Ces résultats sont bouleversants, car si la tendance touche particulièrement la France, une montée des partis eurosceptiques a lieu dans toute l’Europe.

Ce phénomène est inquiétant et il faut en tirer toutes les conséquences. Il veut dire que les citoyens européens ne se reconnaissent pas dans l’action qui est menée à cette échelle. Alors que les populations veulent une Europe qui les protège, une Europe de la justice et du progrès, celle-ci à été marquée pendant 15 ans par des politiques libérales et antisociales. Son action technocratique et inaudible en plus de son orientation politique constitue une cause non négligeable des résultats et notamment de l’abstention.

Une réorientation de la politique gouvernementale est nécessaire

Mais ce vote a aussi une signification nationale, celui d’une sanction pour le gouvernement. Deux mois après le premier choc des élections municipales, aucun changement d’orientation politique n’a eu lieu de la part du Président de la République.

Ce dernier doit comprendre que si malgré un remaniement complet du gouvernement la débâcle s’amplifie après les municipales, c’est bien la confirmation que les Français veulent un changement de politique, et non de personne.

Son intervention en réaction aux résultats du scrutin est symptomatique du décalage entre son action et ce qu’attendent les Français, la tenue des engagements sur lesquels il a été élu.

Si les jeunes devaient être la priorité de son mandat, 30% d’entre eux ont voté pour le Front National.

Il est temps d’ouvrir les yeux. Avec des scores d’opinions plus que jamais bas, et un désaveu aussi important électoralement, la réponse ne peut pas être la continuité d’une politique sociale-libérale, plus fort et plus vite.

La gauche doit se ressaisir

En outre, c’est la gauche dans son ensemble qui subit une de ses défaites les plus lourdes depuis de longues années. Elle a perdu la confiance des électeurs et sa capacité à représenter une alternative crédible semble durablement diminuée.

Rebâtir un cadre commun à la gauche devient une priorité. En dépassant les schémas habituels des partis et en rassemblant autour d’un projet et d’une démarche tout ceux qui pensent qu’une autre politique est possible, une politique de la relance, de la justice et du progrès social.


Galerie Photo

img_6972 02-02-2015-signature-pamu-01-reduite 140325-casablancapdtmaire-810x1024 antana mancera_huchon_romero signature-de-la-convention-avec-santiago americana coderre-et-vp iris-vp-tribune-3 iris-vp-tribune-2

Twitter

Suivez-moi sur Facebook