Actualités

Permalink to La Région accorde une aide d’urgence de 50 000 € pour le Népal

La Région accorde une aide d’urgence de 50 000 € pour le Népal

A la région

Illustration Népal Croix Rouge

Crédit image : Croix Rouge française

Il y a des événements tragiques qui nous bouleversent profondément, parce qu’ils touchent à notre humanité et appellent immédiatement à notre sens de la solidarité. Ce fut le cas de la tempête tropicale Jeanne qui toucha durement Haïti en 2004, faisant plus de 3 000 morts du fait des inondations et des coulées de boue. Le Conseil Régional avait alors réagi par la mise en place d’un appui d’urgence à la ville des Gonaïves, en grande partie détruite par l’ouragan.

Nous avions alors agi pour une raison simple : parce que nous le pouvions.

 Être solidaire avec les victimes de catastrophes naturelles importantes qui, pour quelques instants, coupent le souffle au monde entier, nous le devons aux Franciliens – qui souvent sont les premiers à montrer leur générosité dans des temps pourtant difficiles.

Nous avons été il y a quelques jours confrontés à une situation comparable, lorsqu’ un séisme d’une intensité de 7,8 sur l’échelle de Richter a frappé de plein fouet le Népal mais aussi l’Inde et la Chine le 25 avril dernier. Les autorités népalaises font désormais état de 7 557 morts et de 14 536 blessés. Ce bilan s’aggravera inéluctablement alors que les secours commencent seulement à accéder aux zones les plus reculées qui ont également été les plus affectées. Les répliques du séisme sont par ailleurs «incessantes».

Les besoins sur place sont immenses : les hôpitaux sont saturés ; les kits médicaux d’urgence manquent. Quelque 160 000 logements ont été détruits et 143 000 endommagés. Ces milliers de familles sans abris sont alors confrontés à d’importants risques sanitaires et médicaux. La mousson viendra dans quelques semaines assombrir ce tableau déjà obscur.

Parce que nous le pouvons, nous avons décidé d’avoir recours au fond d’intervention d’urgence pour apporter l’assistance de la Région aux populations victimes du séisme au Népal.

Parce que nous le devons aux Franciliens, notre action ici se doit d’être la plus efficace possible – en prenant en compte nos moyens et nos compétences en tant que collectivité territoriale.

Si la Région Île de France n’est ni un bailleur de fonds, ni une ONG humanitaire, nul ne peut cependant rester immobile face à cette situation. Notre action envers le Népal ne peut donc qu’être une aide d’urgence, exceptionnelle, reposant sur le savoir-faire d’organisations humanitaires professionnelles et spécialisées, disposant des ressources et des relais nécessaires pour que la contribution de la Région ait un réel impact sur le terrain.

C’est pourquoi, après avoir échangé avec différentes associations, nous avons choisi de proposer une subvention de 50 000 € à la Croix Rouge Française, dont la légitimité professionnelle est incontestable.

Alors que la Croix Rouge Française intervient déjà à Katmandou, elle oriente désormais son assistance en faveur des personnes sans abri dans les zones rurales des districts de Gorkha, Tanahu, Kaski et Lamjung où le nombre de personnes affectées est évalué à près d’un million.

Afin de soutenir les populations rurales ayant perdu leur habitat lors du séisme, la subvention régionale devra alors permettre une distribution de biens de première nécessité, comme des tentes familiales, des bâches, des couvertures, des kits de cuisine et d’hygiène, des jerricans ainsi que des produits alimentaires et des provisions d’eau. Pour faire face à l’urgence, une réponse pragmatique et ciblée de la Région était nécessaire.

En adoptant cette subvention à l’unanimité, l’ensemble du Conseil Régional a prouvé aujourd’hui que la première Région de France fait honneur à ses principes de solidarité et d’humanité.


Galerie Photo

img_6972 02-02-2015-signature-pamu-01-reduite 140325-casablancapdtmaire-810x1024 antana mancera_huchon_romero signature-de-la-convention-avec-santiago americana coderre-et-vp iris-vp-tribune-3 iris-vp-tribune-2

Twitter

Suivez-moi sur Facebook