Actualités

Permalink to L’Europe, renoncement démocratique et sujet technique pour Mme Pécresse

L’Europe, renoncement démocratique et sujet technique pour Mme Pécresse

A la région

RobertoRomeroEcranRegionIdF

Les Fonds de cohésion européens (FSE, FEDER, FEADER) devraient être un sujet plutôt consensuel au niveau de la Région Ile de France. Le travail mené sous ma Vice-Présidence avait permis une progression des montants obtenus par la Région IdF de plus de 25%, plus forte progression de toutes les régions en métropole. Cette action a permis d’élaborer une programmation adaptée aux besoins régionaux dans le cadre assez contraint proposé par la Commission européenne. Dans les spécificités mises en œuvre et votées nous avions engagé les Initiatives territoriales intégrées (ITI) pour un montant de près de 100 millions d’euros qui viennent abonder des actions territoriales ciblées dans les quartiers prioritaires (quartiers défavorisés). L’intérêt singulier de l’action entreprise résidait dans la mise en place d’une Commission consultative d’élus qui plaçait ces derniers au cœur du dispositif. L’objectif était de répondre de manière pro-active à la volonté de décentralisation que consiste le transfert de l’autorité de gestion aux Régions. L’idée était d’utiliser la connaissance des élus régionaux de l’ensemble du territoire un élément de facilitation du choix des projets au service de leur réussite. En effet la difficulté du décaissement des fonds européens réside davantage dans la qualité de celui-ci et du suivi qui lui sera accordé que de sa propre existence. Cela permet de monter en qualité pour les projets et d’optimiser les chances de réalisation. Il est vrai que cela a suscité le mécontentement de la Commission européenne. Nous avons tenu bon car nous estimons que les élus ne peuvent être les simples passeurs de plats d’un budget qui concerne tout de même 540M€ sur l’ensemble de la programmation. Or la première décision prise sous la mandature de Valérie Pécresse a été d’éliminer la Commission consultative des élus. Au-delà de la perte totale du contrôle par les élus régionaux des dossiers exclusivement analysés par l’administration, c’est un message très négatif envoyé sur les fonds européens. En effet alors que le scepticisme concernant l’utilité de l’Europe croît chez nos concitoyennes et concitoyens, ne pas pouvoir jouer notre rôle de régulation politique, participera à approfondir le doute démocratique sur les actions menées par l’Europe. Il est regrettable qu’il en soit ainsi mais cela démontre bien que Mme Pécresse n’entend pas peser sur les orientations d’utilisation des fonds européens contrairement à ce qu’elle raconte. Ce qui est surréaliste, en revanche, sont les déclarations répétées par l’exécutif régional lors du débat sur le budget de vouloir palier les baisses généralisées, en santé, transport, logement, secteur associatif, culture, emploi avec les « Fonds européens ». En fait nous avons eu droit à une sorte de budget annexe régional puisant dans des fonds européens dont nous ne disposons pas et qui n’autorisent pas ces dépenses. Tout cela montre le peu de sérieux avec lequel Mme Pécresse tient l’Europe et les balivernes qu’elle entend faire croire aux franciliennes et franciliens.

Une chose est claire c’est que l’Europe sera traitée comme un supplétif voire comme un leurre au niveau régional nous ne pouvons que le déplorer.


Galerie Photo

img_6972 02-02-2015-signature-pamu-01-reduite 140325-casablancapdtmaire-810x1024 antana mancera_huchon_romero signature-de-la-convention-avec-santiago americana coderre-et-vp iris-vp-tribune-3 iris-vp-tribune-2

Twitter

Suivez-moi sur Facebook